Loading...

Avec les plus grandes réserves gazières et les 4èmes plus grandes réserves pétrolières au monde, avec également une population de près de 80 millions d’habitants composée à 70 % de personnes de moins de 30 ans,  l’Iran dispose d’un formidable potentiel économique qui a aujourd’hui besoin de technologies et d’investissements étrangers.

En réponse à la volonté des entreprises iraniennes de coopérer avec la France dans tous les secteurs privés et publics, voici les recommandations du Bureau de la commission des finances du Sénat de retour de son voyage en Iran d’avril 2014 :
« Nous proposons d’encourager de manière générale la coopération économique et culturelle entre la France et l’Iran. Nous pouvons envisager des coopérations entre nos deux pays sur des projets de grande envergure (…).
Pour ce qui concerne nos entreprises, nous les invitons à maintenir des contacts sur place en tissant des relations personnelles et en organisant des visites régulières. Pour certaines, il convient d’ores et déjà de pré-négocier des contrats en attendant la levée des sanctions, avec des partenariats solides inscrits dans la durée. (…) le contexte actuel représente une occasion qui ne doit pas être manquée. Il y a donc urgence pour les entreprises françaises à préparer leur retour en Iran ».

Suite à l’accord international historique sur le nucléaire iranien signé le 14 juillet 2015, l’Iran réintègre progressivement l’économie internationale, laissant augurer des perspectives d’envergure pour les entreprises françaises sur ce marché.
Du 21 au 23 septembre 2015, une délégation Medef International de plus de 130 chefs d’entreprises français s’est rendue en Iran, aux côté de Stéphane Le Foll, ministre de l’agriculture, et Matthias Fekl, secrétaire d’Etat au commerce extérieur.  CosmopoliStan était partie prenante de cette délégation.
Cette visite a confirmé le potentiel du marché et des opportunités à saisir pour les entreprises françaises : « Nous y allons dans un esprit de reconquête, dans le sens noble du terme, mais conscients qu’on a du travail à faire (…). La concurrence étrangère n’est pas en avance sur nous, elle est confrontée aux mêmes problèmes de financement, de timing de levée des sanctions », déclarait à cette occasion Yves-Thibault de Silguy, vice-président de Medef International  à la presse.

Dans ce contexte, tous secteurs confondus, l’enjeu principal pour une entreprise française ou iranienne désireuse de s’implanter en Iran ou en France est de trouver le bon partenaire local – la qualité de celui-ci s’évaluant en termes de réseau, de savoir-faire et de confiance.