Loading...

La rose est la fleur de l’Iran par excellence. Cultivée en Perse depuis le cinquième siècle avant notre ère pour ses propriétés cosmétiques, médicinales et gastronomiques, elle est devenue un thème majeur de la poésie et de l’imaginaire national. Une grande fête lui est d’ailleurs consacrée : le Festival des Roses dans la ville de Kashan.

Par Anne-Salomé Daure

C’est une histoire persane que celle de l’eau de rose. Les eaux florales de l’Iran étaient déjà célèbres en Grèce dans l’Antiquité, et mille ans plus tard, au XIème siècle, c’est un savant persan du nom d’Avicenne qui mit au point le processus de distillation de l’huile essentielle de rose. Ces techniques traditionnelles perdurent encore aujourd’hui en Iran et permettent de produire une eau de rose dont la pureté est si réputée qu’elle est utilisée chaque année pour nettoyer le sanctuaire de la Mecque.

L’Iran, pays natal de la rose

La rose dite « de Damas » ou « rosa gallica » réputée pour son parfum serait en réalité originaire de l’Iran, où elle est connue sous le nom de « gol-e mohammadi ». Ce sont les spécimens rapportés de Perse par les voyageurs arabes, croisés français et diplomates ottomans qui donnèrent naissance aux grands centres de production de rose dans le monde arabe et à travers l’Europe. Sa culture est encore à ce jour une activité florissante et largement répandue à travers l’Iran, des rives du golfe Persique aux montagnes de l’Azerbaïdjan.

La cueillette des roses à Kashan

C’est dans la région de Kashan, à mi-chemin entre Téhéran et Ispahan que se déroule chaque année le Festival des Roses. De début mai à mi-juin, lorsque le parfum des récoltes embaume les villages alentours, près de 80 000 visiteurs se pressent pour assister à la cueillette et à la production de la célèbre eau de rose « golâb ».

roses Kashan Iran

La cueillette des roses ou « goltchini » se déroule dans les villages historiques de Qamsar, Niâsar et Barzak à proximité de Kashan. Les nouvelles roses y sont cueillies à la main chaque matin avant les fortes chaleurs et acheminées vers les ateliers de distillation. La plupart des ateliers de la ville autorisent les visiteurs à assister à la fabrication de l’eau de rose selon les procédés traditionnels. Les pétales fraîchement cueillis sont immergés d’eau et versés dans des cuves de cuivre chauffées à température constante durant plusieurs heures. L’eau de rose ainsi évaporée est recueillie et mise en bouteille, ou réinjectée pour une seconde distillation destinée à produire une huile essentielle pure.

Des roses dans le désert

La culture des rosiers dans cette région aride aux portes de l’immense désert de sel du Dasht-e Kavir est un cadeau de la nature, et plus particulièrement de la chaîne de montagnes de Karkas qui longe le désert et offre des vallées humides et tempérées favorables aux cultures. Le Festival des Roses de Kashan dure une vingtaine de jours, au cours desquels les villages de la région et le caravansérail historique de Gabrabad à Qamsar offrent de multiples spectacles de danses régionales, démonstrations de lutte iranienne et concerts de musique traditionnelle.

A votre prochain passage printanier en Iran, ne manquez donc surtout pas de visiter les célèbres champs de roses de Kashan. Vous pourrez également en rapporter quelques parfums et un élégant flacon d’eau de rose !

© iransns.com, iranreview.org, Irib, mizanonline.ir